Des pancakes légers, gonflés et extrêmement moelleux

IMG_0386C’est MA recette du moment ! Rien de tel que ces délicieux pancakes à l’américaine pour démarrer votre weekend tout en douceur.
Gonflés et moelleux, ce sont mes préférés. Que ce soit pour un petit déjeuner en amoureux pour un brunch entre copines, je ne saurais que trop vous les conseiller.

Tout de suite la recette, pour 25 pancakes environ :

450 g de farine (T65 pour un résultat plus moelleux)
75 g de sucre
3 sachets de levure chimique
470 ml de lait
75 g de beurre
3 œufs
Et pour les amateurs (comme moi) : une cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger, c’est la petite touche, le détail qui fait toute la différence ;)
Commencez par mélanger tous les ingrédients secs (farine, levure, sucre). Faites chauffer le lait, et y faire fondre le beurre.
Ajoutez le mélange lait / beurre dans votre saladier de farine / levure / sucre et mélangez. Ajoutez ensuite les oeufs et l’eau de fleur d’oranger et fouettez à nouveau. Laissez reposer la pâte pendant 30 min.IMG_0396
Faites chauffer une grande poêle, avec une bonne noisette de beurre, à feu moyen. Déposez une petite louche de pâte par pancake.
Lorsque vous voyez des petites bulles se former à la surface de votre pancake, retournez le. Laissez alors dorer la deuxième face du pancake.

Avec de le confiture, de la pâte à tartiner ou plus classiquement du sirop d’érable : régalez-vous !
Mon choix aujourd’hui : la confiture d’abricots d’Alain Millat (je vous ai déjà parlé de son restaurant, mais je suis aussi une addict de ses confitures et jus de fruits !)

IMG_0400

Publicités

Salade de crevettes façon ceviche

Bien le bonjour !

Oui, me revoilà… Et pour prolonger un peu l’été qui vient de se terminer, préparer ce week-end qui s’annonce chaud et ensoleillé, et rendre hommage aux origines de Jules (oui, tout ça, tout ça !), voici une petite recette toute simple, rapide et qui, je l’espère, enchantera vos papilles.

Pour la petite histoire, c’est en repensant aux ceviches dont je me suis régalée au Mexique l’été dernier que j’ai eu l’idée de cette recette – Allergiques au citron vert et autre coriandre, passez votre chemin ;)

IMG_1617[1]

3,2,1… ça va aller très vite:

Ingrédients (pour 1 plat principal pour 2 personnes) :

– 2 belles poignées de crevettes roses (soit une bonne douzaine par personne),

– 1 demi-oignon,

– 1 bouquet de coriandre fraîche (à remplacer par du persil plat pour les non adeptes et il y en a :) ),

– 1 tomate,

– 1 avocat,

– 2 à 3 citrons verts,

– 1 petite pincée de fleur de sel.

IMG_1621[1]

Préparation :

Commencez par rincer les crevettes et décortiquez-les avant de les réserver dans un saladier.

Coupez la tomate en petits dés. Ajoutez-la aux crevettes ainsi que le demi-oignon finement émincé.

Coupez en deux l’avocat, retirez le noyau, enlevez la peau et découpez-le en petits dés avant de l’ajouter dans le saladier.

Salez très légèrement avec la fleur de sel  puis arrosez généreusement le tout avec le jus de 2 à 3 citrons verts (selon votre goût). Ajoutez enfin le bouquet de coriandre (ou de persil plat) préalablement lavé et ciselé.

IMG_1625[1]

Mélangez le tout et… Dégustez !

Bon voyage :),

Laeti.

Coup de coeur pour le restaurant Alain Milliat

Des mois d’absence sur le blog….(désolée…) mais pas des mois d’absence en cuisine ;) Alors la bonne nouvelle c’est qu’on revient avec plein de nouvelles adresses géniales à découvrir, des recettes, et bien sûr des papotages de filles ;) Et pour commencer, quoi de mieux que mon dernier coup de cœur côté restaurant ?

Restaurant Alain Milliat
159 rue de Grenelle
75007 Paris
M° : La Tour-Maubourg (ligne 8)
Tél. : 01 45 55 63 86
www.alain-milliat.com 

Leur promesse  : « offrir une expérience culinaire et gourmande unique »
Et bien la première chose à dire, c’est que cette promesse est largement tenue :)

Le cadre : Le décor est simple et chaleureux. Le restaurant propose deux belles salles : la salle principale avec ses étals de jus de fruits et confitures tous plus alléchants les uns que les autres (je vais y revenir) et une très jolie cave voûtée avec vue sur la cuisine ouverte. En quelques mots, et sans trop vous en dévoiler : Alain Milliat a réussi à faire venir la campagne à Paris !

alain milliat

Dans l’assiette : « Imaginée selon les saisons, la carte est élaborée de manière régulière, selon les produits du marché. Volontairement courte pour se concentrer sur l’indispensable, la carte est rythmée autour de deux suggestions du jour (2 entrées / 2 plats / fromage ou dessert), pour le déjeuner comme le dîner. »
Autrement dit une cuisine raffinée et innovante, des produits frais de saison, des mariages surprenants et parfaits, des quantités idéales (ni trop, ni trop peu). Je vous avais prévenu : un coup de cœur ! En fait je dois avouer que cela a été un tel coup de cœur, que nous nous sommes précipités sur nos assiettes sans même prendre le temps de prendre des photos de tous les plats…

En entrée : nous avons particulièrement apprécié le mariage œuf à 62° et crème légère à la clémentine.
Pour le plat : nous avions choisi un poisson (cabillaud cuit à basse température) et une viande (une pièce de veau qui fondait en bouche). Les deux étaient excellents, rien à redire.
Et le dessert : une glace cacahuète, mousse de banane, crumble chocolat et caramel beurre salé. Dans la continuité de ce qu’on avait mangé précédemment : parfait !

photo 1 photo 2

Il faut dire que le chef n’est autre que Jon Irwin, ex-second d’Akrame qui a aussi fait ses armes chez Gagnaire : rien d’étonnant donc ;)

Pour accompagner vos plats : Bien entendu, une excellente carte des vins, mais pas que ! Vous l’avez compris, chez Alain Milliat c’est le paradis des jus et nectars. Et vous aurez l’embarras du choix : griottes, pêche de vigne, fraises, mara des bois, pomme cox, figues/violette, poires, abricots …. Nous avons goûté les cinq premiers et nous n’allons pas tarder à retourner faire des provisions ;)

Le service : Plus encore que la cuisine, le service a été la vraie surprise ! Le jeune homme qui nous a servi est véritablement adorable, aux petits soins pour chacun de ses clients, sans pour autant en faire de trop : c’est sincère, authentique et donc d’autant plus appréciable. Questionnez-le, il vous racontera avec plaisir l’histoire de ce lieu, vous aidera à choisir (et sera d’excellents conseils), et quand vient le moment de l’addition, il vous glisse discrètement un ou deux petits pots de confiture dans votre sac (parce que vous n’aurez pu vous empêcher d’acheter quelques bouteilles de jus et nectars pour votre prochain brunch ;) ).

Le prix : Cerise sur le gâteau, le menu entrée + plat + dessert (sans oublier l’amuse bouche) est à 39€ le soir (autour de 30€ le midi je crois). Autant dire qu’à Paris, je vous met au défi de trouver un aussi bon rapport qualité / prix ! Dernière info : La Fourchette propose régulièrement des promotions, cette fois vous n’avez plus d’excuse pour ne pas y aller !

Alors, ça valait le coup de s’absenter 3 mois pour revenir avec une adresse comme ça ? ;)

Nath

Le test de la rentrée : les empanadas selon Clasico Argentino

Note de contexte : J’ai rédigé cet article quelques temps après être rentrée de vacances cet été et… Je n’ai jamais pris le temps de  Je ne l’ai jamais posté… Voilà, MEA CULPA! D’où certains « anachronismes » que vous me pardonnerez, je l’espère. D’ailleurs, j’avais prévu à l’origine de l’intituler « Pour prolonger un peu les vacances… » Mais là pour le coup, on était complètement hors sujet pour un 25 octobre.

De retour du Mexique, j’ai découvert que je souffrais, en plus du décalage horaire, d’un autre mal. Un espèce de « syndrôme de la page blanche » de la cuisine. Après un peu plus de 3 semaines de dépaysement total, y compris sur le plan culinaire, mes papilles étaient déboussolées. Je n’arrivais plus à savoir de quoi j’avais envie, la plupart des choses que j’avais mangées depuis mon retour me semblaient fades et pour couronner le tout, l’inspiration étant introuvable, mon réfrigérateur persistait à ressembler au désert de Gobi (je ne parle pas de mon congélateur qui, lui, débordait de tortillas dont je ne sais pas encore quoi faire..). Et autant dire que la reprise du travail, assortie de l’inévitable « retour à la cantine » ne m’aidaient pas du tout.

Bref, j’avais envie de faire quelque chose d’un peu spécial avec Jules pour marquer la fin de notre première semaine au bureau (semaine de 3 jours pour moi certes, mais la reprise c’est la reprise !) et… Toujours pas d’idée ! Aide-toi toi-même, le ciel t’aidera ! Je décidais que ma cuisine resterait encore un peu en sommeil pour cette fois et repensais à cette adresse d’empanadas argentins  dont m’avait parlé un ancien collègue un peu avant mon départ, lorsque nous prenions un verre ensemble place des Vosges. Une soirée tranquille à deux, à la maison, sans avoir à cuisiner, plus un clin d’œil sympathique aux saveurs qui nous avaient régalés pendant les vacances histoire de prolonger un peu la magie… J’avais trouvé LA solution !

Ma flemme se situant à ce moment précis strictement à l’opposé de mon inspiration qui, elle, flirtait avec le niveau de la mer, j’ai donc rejoint la place des Vosges après le bureau un vendredi.  En croisant les doigts pour que la boutique soit ouverte (ce qui, pour la fin août à Paris ne va ABSOLUMENT pas de soi !).

IMG_0496

Mais entrons dans le vif du sujet : Clasico Argentino propose 2 grands classiques de l’Argentine à savoir glaces & empanadas. Pour cette première fois, je me suis concentrée sur le salé et ai donc eu le choix entre 9 types d’empanadas (dont l’empanada du mois qui, comme son nom l’indique est renouvelé régulièrement).

J’ai donc opté pour :

  • Carne (viande de boeuf),
  • Fugazzetta ( fromage & oignons),
  • Jamon y queso,
  • Humita (maïs parfumé à la coriandre),
  • Choriempa (spécialité de saucisse de porc argentine),
  • et l’empanada du mois (d’août) – Poivrons et chorizo.

Pour ce qui est des photos, je ne suis pas tout à fait convaincue du résultat… Et j’envisage sérieusement d’inscrire un stage de perfectionnement en photographie à la liste de mes bonnes résolutions pour l’an prochain (qui promet d’être longue si elle commence dès octobre, on est d’accord!). Mille pardons en tout cas :(

IMG_0500

IMG_0505

Et qu’est-ce que j’en ai pensé me direz-vous ? Un nouveau concept « mono-produit » de plus à Paris?

Et bien… Plusieurs choses à vrai dire. Pour ce qui est du dépaysement attendu tout d’abord : on y était tout à fait ! La pâte des chaussons est fine, dorée et goûteuse, les différentes garnitures généreuses et pleines de saveurs auxquelles nous ne sommes pas habitués. La petite sauce maison qui les accompagne ne gâche rien. Je trouve aussi que les boutiques « mono-produit » ont un peu tendance à pousser comme des champignons depuis un peu plus de 2 ans, mais je dois reconnaître que celle-ci propose un petit quelque chose en plus… Pas en terme de concept j’entends, mais plutôt dans la démarche culinaire : c’est beau, c’est bon, et surtout, ceux qui ont déjà eu la chance de déguster les vrais chaussons originaux auront le plaisir de retrouver leur goût à l’identique ( les autres ne risquent pas de bouder leur plaisir non plus ). On peut ajouter à ça le côté hyper convivial du produit en question : un coup à faire fureur lors d’un apéritif à la maison entre copines ! Seul petit bémol : le prix – compter tout de même 3 € à l’unité (plus un petit supplément pour la Choriempa) et 30 € pour une douzaine d’empanadas – mais à Paris tout se paie, surtout la gourmandise lorsqu’elle rime avec qualité des produits…

¡ Buen provecho !  ;)

Laeti.

Clasico Argentino – 3 adresses à Paris (IIIème et IXème arrondissements) + « El Carrito », concept itinérant de streetfood argentine.

Infos, tarifs, formules sur place et livraison… Tout est ici :)

Scoop me a cookie : Les meilleurs cookies de Paris (et du monde ;) )

DSC01083

Ceux qui lisent notre blog petit frère « Secrets Gourmands entre mère et filles », connaissent déjà cette merveilleuse « fabrique de cookies ». Nous sommes tellement fans, que nous en parlons beaucoup !

Il faut dire que ces cookies sont vraiment divins : croustillants et moelleux à la fois, terriblement gourmands !
Les parfums sont tous extraordinaires, et les noms (donnés aux cookies) eux mêmes laissent rêveurs :

  • Just Dough It : La pâte et rien d’autre
  • Back to Basics : Chocolat noir, lait & blanc
  • Je veux un câlin : Chocolat au lait & fleur de sel
  • Drive me nuts : Chocolat noir & cerneaux de noix
  • Like a Virgin : Chocolat blanc, noix de coco fondante & vanille
  • Far Far Away Oatmeal : raisin, cannelle & noix de pécan
  • Cookie Chéri : Chocolat blanc & cerises acidulées
  • Give me more : Praliné & noisettes caramélisées (photo ci-dessus)
  • Surprise me : Chocolat blanc & noix de pécan
  • Cocoliscious : Noix de coco fondante & chocolat au lait
  • Au saut du lit : Banane moelleuse, noix du Périgord & cannelle
  • In the Mood for Love : Gingembre confit & sesame au wasabi
  • Domin’O : Nougat fondant & chocolat au lait
  • Divorce Me : 100% chocolate
  • So Gentleman : Totalement chocolat, orange confite & Grand Marnier
  • Black Ooey Gooey : Fudge de peanut butter

Le secret de Laura, notre incroyable dresseuse de cookies : d’excellents produits (chocolat Valrhona, œufs et beurre venus tout droit de la ferme voisine…)

Et en plus, à la demande, vous pouvez même avoir un cookie en forme de cœur : trop mignon, non ? ;)

DSC01085Back to basics

DSC01082Drive me nuts et Je veux un câlin

Où trouver ces petites merveilles ?
Excellente nouvelle : Scoop me a cookie ouvre bientôt sa propre boutique ! Il suffit de quelques semaines de patience : l’ouverture est prévue pour Janvier 2014.
Et dans cette attente, vous pouvez contacter Laura Petit par mail : laura@scoopmeacookie.com. Vous verrez, non seulement Laura est une excellente pâtissière, mais en plus elle est adorable !
Vous pouvez aussi suivre toutes les dernières actus de notre dresseuse de cookies favorite sur facebook : https://www.facebook.com/ScoopMeaCookie?fref=ts

Dernier avertissement tout de même : risque d’addiction très élevé !

Tartes aux aubergines, romarin et pignons de pin

DSC01054

Cette recette sera parfaite pour votre prochain apéritif entre copines, ou pour un dîner express et sain avec Jules !

Ingrédients pâte à tarte : 300 g de farine, 2 cuillères à soupe d’huile, 2 cuillères à soupe de lait, 2cs de parmesan, 125 g de beurre mou, 1 jaune d’œuf

Ingrédients pour la garniture : caviar d’aubergines (recette maison ici, ou achetée dans le commerce), 1 grosse aubergine, 50g de pignons de pin, quelques brins de romarin, huile d’olive.

Recette :

Réaliser la pâte brisée : Mélanger la farine, le parmesan, le beurre ramolli. Ajouter le jaune d’ œuf , l’huile et le lait. Malaxer, rajouter un peu de farine si nécessaire pour  que la pâte ne colle plus aux doigts.
Placer la boule de pâte au frais, 1 heure environ.

Laver et couper l’aubergine en gros cubes. Faire revenir l’aubergine dans un peu d’huile d’olive.

Etaler la pâte à la taille du cadre et garnir le plat à tarte (attention avec le parmesan, la pâte est assez friable). Découper au couteau ce qui dépasse des bords pour obtenir « un fini plus net ».
Garnir la tarte de caviar d’aubergine. Déposer ensuite les cubes d’aubergines. Parsemer de pignons de pin et de 2 brins de romarin.

Enfourner à 180°C (four préchauffé) pendant une vingtaine de minutes.

Déguster !

Nath